[Tribune] Les 120 ans de la Loi 1901

A l’occasion des 120 ans de la loi 1901, Le Mouvement associatif publie dans Le Monde une tribune, déjà signée par plus de 70 acteurs associatifs dont l’Institut IDEAS, pour mettre au débat public une simple question, pourtant essentielle : « Quelle ambition politique portons-nous pour les associations ? ».

Plus d'infos : Lire la Tribune, Consulter la liste des signatiares...

logo-Institut-IDEAS

L'Institut IDEAS accueille deux nouveaux administrateurs

L’Institut IDEAS a le plaisir d’annoncer l’arrivée de deux nouveaux administrateurs : Jacques Bailet et Philipe Abadie, élus lors de l’assemblée générale du 15 juin dernier.

Isabelle Gougenheim, Présidente, souligne : “Fidèles aux bonnes pratiques du Guide IDEAS, nous avons pris soin de proposer cette responsabilité à des personnalités motivées et qualifiées. Les parcours et compétences de Jacques et Philippe nous permettront de croiser les regards pour assurer la richesse de nos réflexions et contribueront utilement aux ambitions stratégiques de l’institut IDEAS.“ Jacques Bailet rejoint, par ailleurs, le bureau de l’Institut en tant que Secrétaire du Conseil d’Administration.

Nous tenons à remercier très chaleureusement les administrateurs dont les mandats sont arrivés à échéance : Françoise Viala, membre du Comité d’audit, et Paul Prud’homme. Leur engagement dans la durée a accompagné le développement et la structuration de l’institut. Paul Prud’homme continuera à s’impliquer au meilleur niveau à nos côtés en tant que Président du Comité Expert. Nous saluons sa fidélité à la mission de l‘institut dés son origine et nous réjouissons de poursuivre avec lui.

Philippe Abadie

Philippe Abadie

Pourriez-vous, vous présenter en quelques phrases ?

“J’ai une formation d’ingénieur complétée par le MBA du groupe HEC. J’ai été tour à tour ingénieur projet TGV dans l’industrie ferroviaire, consultant en organisation et système d’information intervenant dans des missions de Réforme de l’État et Directeur des systèmes d’information (Ministère et enseignement supérieur).

Ces expériences professionnelles de pilotage et de mise en cohérence de projets dans des univers variés (industrie, enseignement et recherche, sociétés de conseil, ministères régaliens), ma double formation, et ma culture du secteur public me permettent, je pense, de jouer un rôle actif pour aider IDEAS à grandir.”

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre l’Institut IDEAS ?

“Depuis novembre 2020, je suis impliqué auprès de la déléguée générale dans l’appui à la réflexion stratégique. Et, depuis mars, je suis complétement immergé dans la construction du plan stratégique d’IDEAS. Cette période m’a permis de dialoguer avec l’équipe permanente et les membres du Bureau et de comprendre en profondeur les enjeux et les objectifs d’IDEAS. Cette rencontre des personnes et la formalisation des projets à mener suscitent un fort intérêt de ma part pour m’impliquer plus avant dans le développement d’IDEAS.

Mon ambition en tant qu’administrateur serait en effet de poursuivre l’accompagnement en soutien aux différents niveaux d’IDEAS (conseil d’administration, bureau, permanents) du déploiement du plan stratégique, et de garantir la réussite des projets menés en soutien actif à la déléguée générale et au Bureau.”

Photo de Jacques Bailet

Jacques Bailet

Pourriez-vous, vous présenter en quelques phrases ?

« Après mes études à HEC, j’ai d’abord exercé dans des fonctions financières orientées vers l’international. J’ai rejoint ensuite  le Groupe de la Caisse de Dépôts pour pendant plus de 15 ans être en relations avec les collectivités locales au sein de cette institution. Mes quinze dernières années de vie professionnelles m’ont permis de changer à nouveau : j’ai été responsable d’un des principaux groupes européens, côté en bourse,  de prise en charge de la dépendance.

Peu de temps avant de prendre ma retraite, je me suis engagé comme bénévole aux banques alimentaires, et je suis également depuis 8 ans juge au tribunal de commerce de paris. »

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre l’Institut IDEAS ?

« Plus de six ans de bénévolat au sein des banques alimentaires m’ont permis de prendre conscience de l’importance pour le monde associatif d’agir dans un cadre clair, avec un projet bien défini et partagé, des règles de fonctionnement conciliant solidarité et efficacité, maitrise des risques et bonne gouvernance.

Responsable du réseau en France des Banques Alimentaires , j’ai partagé avec mon conseil d’administration cette nécessité  et avant la fin statutaire de mon mandat, en juin  2020,  j’ai rencontré les équipes d’IDEAS pour lancer avec elles le chantier de la labellisation de la Fédération Française de Banques Alimentaires.

Désormais dégagé de mes activités à la FFBA, je suis  très heureux de pouvoir accompagner dans son évolution et développement le projet IDEAS , dont le parcours démontre tout le bien fondé et le haut niveau de ses équipes. »


Découvrez le Rapport Annuel 2020 de l’Institut IDEAS

Le 15 juin dernier, lors de son assemblée générale, l’Institut IDEAS a présenté son rapport annuel pour l’année 2020. Découvrez les principales actions de l’institut pour soutenir et accompagner le développement les acteurs de l’intérêt général.

Consulter le rapport >

Le mot de la Présidente

En quelques mois, l’année 2020 a bousculé tous nos repères, avec un déploiement sans précédent du secteur associatif, très sollicité, un sentiment d’urgence quasi permanent et une organisation des activités à adapter sans délai.

Dès le mois de mars, nous avons pu mesurer tout le bénéfice de la transition numérique mise en œuvre par l’institut depuis plusieurs années : gestion de projet à distance, site internet proposant des espaces de travail selon le profil et les besoins de l’utilisateur… Cette anticipation a permis de faire face à la forte croissance des demandes d’accompagnement et de formation ainsi qu’aux très nombreuses sollicitations reçues.

Beaucoup d’autres réalisations majeures ont abouti en 2020, comme l’aide à l’amélioration de la qualité de l’information financière et comptable, travaux pilotés par les présidents des comités Label et Expert, en lien avec CNCC et CSOEC, pour renforcer notre soutien aux organismes accompagnés.

A l’occasion des 10 ans du Label IDEAS, des travaux de réflexion sur son identité de marque ont été menés pour aboutir à la création d’un nouveau logo et à l’adoption d’une signature dynamique  : « L’exigence en action ».   

Nous avons également publié, dans un dossier spécial de Juris Associations, les témoignages et analyses de 15 auteurs, représentatifs de nos parties prenantes, qui partagent notre ambition d’accompagner et de valoriser associations et fondations dans leur montée en compétences.

Animée par une énergie créative et un engagement sans faille, l’équipe d’IDEAS (bénévoles, salariés…) a montré que, même à distance, avec de l’intelligence collective et beaucoup d’agilité, l’Institut IDEAS a la capacité de relever de nombreux défis. Vous le lirez dans ce rapport.

Dès le début 2021, un plan stratégique ambitieux a été initié, qui s’appuiera sur des statuts adaptés et une gouvernance renforcée, et développera des projets pour augmenter l’impact de notre action, grâce notamment à une nouvelle offre numérique, dans le cadre de notre mission d’intérêt général.

Soyez des nôtres, les acteurs de l’intérêt général le méritent et en ont besoin.

Isabelle Gougenheim

Présidente de l’Institut IDEAS


Table ronde

"Monde associatif et philanthropie : Quand l’union fait la force", retour sur la table ronde

Table ronde

« Quand l’union fait la force »… Jamais adage n’aura été plus vrai que lors des échanges « zoomés », Covid oblige, de la table ronde organisée par l’Institut IDEAS.  Retour sur les temps forts de ce rendez-vous annuel, à l’occasion de l’Assemblée générale de l’Institut. L’objectif : réunir les parties prenantes de l’Institut et offrir un temps de réflexion. Thème du jour : « de l’importance de la connaissance du fait associatif ».

Autour de la table virtuelle :  trois intervenants de renom, Kais Marzouki, secrétaire général du Haut Conseil à la Vie associative, Céline Laurichesse, Présidente de Pro Bono Lab (1) et directrice fondatrice d’Assemble (2) Floriant Covelli, délégué général de l’Institut français du Monde associatif… Et près de 100 participants attentifs derrière leurs écrans.

S’unir pour être force de proposition face aux pouvoirs publics. S’unir pour se professionnaliser. Et surtout s’unir pour partager les expériences.

Leur constat, relayé par les participants au cours du débat : le monde associatif souffre cruellement d’un manque de reconnaissance et de connaissances pour se faire entendre en haut lieu et par les organismes de financement publics ou privés.

La France compte pourtant 1 500 000 associations, ce qui représente un budget de 113 milliards d’euros, soit 3,3% du PIB. Malgré ça, elles ont du mal à exister dans leur diversité et leur complexité.

Pourquoi ? Fort de son expertise au sein de l’instance de consultation placée auprès du Premier ministre, le HCVA, Kais Marzouki est convaincu, qu’en France, le rapport à la philanthropie est culturel.  « C’est lié à notre histoire, à notre relation à l’argent et à l’impôt qui remonte à la Révolution ».

Chacun d’entre nous, chaque citoyen peut s’engager selon des modalités très différentes :   don d’argent, don de temps ou mise à disposition des compétences. Mais le rôle de chacun dans sa contribution à l’intérêt général reste flou, tout comme les frontières entre l’Etat, les associations, les mécènes, les organismes financiers et les entreprises. Qui fait quoi, comment, pourquoi et avec qui ?

De son poste d’observatrice en tant qu’intermédiaire entre acteurs du monde associatif et de la philanthropie, Céline Laurichesse plaide pour « sortir de la légende comme quoi tout le monde est expert et dans une logique stratégique quand il s’agit de mécénat et de philanthropie ». Que ce soit auprès des administrations, des collectivités locales, des entreprises… il faut apprendre les codes et comprendre les spécificités de chaque secteur.  Défendre une cause et financer un projet ne suffisent pas pour obtenir des résultats sans perte en temps, en énergie et en efficacité.

Tous les acteurs doivent mieux apprendre et comprendre le fonctionnement des associations. (3) Ce qui passe obligatoirement par une remise en cause des stratégies de financement. Il est faux de penser qu’il y a une frontière absolument étanche entre frais de fonctionnement, mesure d’impact, évaluation et financement d’un projet. L’un ne va pas sans l’autre. Pour Céline Laurichesse, « les mécènes doivent comprendre que tout l’argent qu’ils investissent n’ira pas uniquement dans le projet qu’ils soutiennent mais également dans toutes les fonctions utiles à la réussite du projet ».

D’où l’absolue nécessité d’une meilleure connaissance du monde associatif et de ses spécificités. Aussi curieux que cela puisse paraître, en dépit du poids économique que représente les associations en France, peu de recherche académique est effectuée sur ce secteur.

L’Institut Français du Monde Associatif est le premier centre français de recherche dédié au développement et à la promotion de la connaissance du monde associatif. Un outil prospectif indispensable pour son Délégué Général, Floriant Covelli, qui soutient que « les associations n’ont pas besoin que d’oxygène, elles ont besoin d’horizons » … et de propositions comme celles qui émergeront des études faites au travers des projets sélectionnés par l’Institut (25 projets soutenus sur 100 projets étudiés).

Suzanne Chami a tenu à rappeler, en tant que Déléguée générale d’IDEAS, qu’il existe un matériau de recherche riche et encore inexploité, comme celui de l’institut IDEAS, accumulé depuis plus de 10 ans, et qui sera mis à disposition de l’IFMA pour partager une expérience acquise sur le terrain de l’accompagnement.

L’enjeu de ce développement des connaissances influencera naturellement la façon d’opérer des acteurs du monde associatif et de la philanthropie. Traditionnellement la philanthropie en France est distributive en monnaie sonnante et trébuchante, même si apparaissent de plus en plus de mécènes qui prennent en main un projet dans sa globalité. Tessa Berthon, Déléguée générale d’Un Esprit de Famille (4), le confirme : « Au sein d’un Esprit de Famille, nous défendons une certaine idée de la philanthropie, engagée sur le long terme, au plus près des besoins des associations. »

Parallèlement, se développent aussi des « mécènes fédérateurs », qui regroupent autour d’une seule et même cause toutes les actions pour faire face à un grand défi sociétal. Par exemple, l’Alliance pour l’éducation » est un modèle pionnier qui réunit 12 entreprises pour créer un dispositif commun inter-mécènes et inter-associations et apporter sa contribution à un défi de société urgent: le décrochage scolaire.

Ou encore le programme Dynamiques Territoriales de la Fondation de France, une approche globale, qui associe tous les acteurs d’un territoire à la co-construction des projets philanthropiques.

La mise en place de ces sortes de « task-force » est une des pistes à explorer pour amplifier l’impact des actions des associations et des fondations.

Ces initiatives résultent d’un dialogue constructif entre financeurs et acteurs de terrain, dialogue entretenu par des précurseurs tels que l’institut IDEAS, au travers de son Guide des bonnes pratiques et de son offre d’accompagnement.

Autre voie préconisée lors du débat par l’un des participants, Francis Charhon (5), figure éminente du monde associatif : la mise en place d’une plateforme commune avec des moyens financiers et humains en conséquence. Un socle commun de connaissances pour avancer « front uni face à l’Etat ». Seul moyen, selon lui, pour qu’il existe une véritable politique de la philanthropie en France, que tout l’auditoire a appelé de ses vœux.

Comme la crise sanitaire l’a encore montré depuis plus d’un an, le monde associatif est un maillon essentiel de la cohésion sociale. Sans les associations présentes sur tout le territoire et sur tous les fronts de la précarité, de la santé, de l’éducation, du handicap, de la culture, notre société et notre économie auraient encore plus souffert de cette pandémie. En 2011, pour la 1ère fois, les financements privés sont devenus prépondérants dans les budgets des associations par rapport aux financements publics et cette tendance ne cesse de s’accroitre pour atteindre 56 % en 2017.

Derrière les associations et la politique philanthropique de la France, se joue aussi un véritable enjeu démocratique pour notre société.

Sophie Seroussi, journaliste bénévole

  1. Pro Bono Lab fédère des acteurs locaux, des entreprises, des institutions et des citoyens autour des associations
  2. Assemble, agence de conseil en mécénat, engagement citoyen et communication d’intérêt général.
  3. L’Autodiag IDEAS propose aux associations et aux fondations de s’autoévaluer sur les pratiques essentielles de leur organisation
  4. Un Esprit de Famille est une association qui regroupe des personnes animant un fonds de dotation ou une fondation d’initiative familiale.
  5. Membre du Comité Label IDEAS et ancien directeur général de la Fondation de France

Trois temps forts de la table ronde

Celine Laurichesse, Présidente de Pro Bono Lab, Directrice Fondatrice d’Assemble, agence conseil en mécénat

Kais Marzouki, Secrétaire général du Haut Conseil à la Vie Associative

Floriant Covelli, Délégué général de l’Institut français du Monde associatif


Table ronde

Replay : Table ronde / "Monde associatif et philanthropie : quels leviers pour agir ensemble?"

Table ronde

” Monde associatif et philanthropie :

quels leviers pour agir ensemble? “

Ou, pourquoi et comment la connaissance
est un levier utile pour :

  • Prendre conscience de l’apport des associations et des philanthropes à notre société et à notre démocratie
  • Eclairer les spécificités des modèles associatifs et philanthropiques français
  • Mieux comprendre l’impact de l’évolution des frontières entre associations, pouvoirs publics et financeurs privés…
  • Permettre aux acteurs de l’intérêt général de monter en compétence…
    …et bien d’autres sujets à découvrir le 15 juin.

Intervenants

Photo de celine laurichesse

Céline Laurichesse

Présidente de Pro Bono Lab,

Directrice Fondatrice d’Assemble, agence conseil en mécénat

Photo de Kais Marzouki

Kais Marzouki

Secrétaire général du Haut Conseil à la Vie Associative

Photo de Floriant Covelli

Floriant Covelli

Délégué général de l’Institut français du Monde associatif

Table ronde animée par

Isabelle Gougenheim, Présidente de l’Institut IDEAS

Suzanne Chami, Déléguée Générale de l’Institut IDEAS


[Publication] Baromètre annuel de la philanthropie 2021

La Fondation de France publie aujourd’hui le Baromètre annuel de la philanthropie 2021, mené par l’Observatoire de la philanthropie.

Résumé proposé par la Fondation de France :

“Suite à une pandémie mondiale qui a bouleversé notre société, cette édition révèle le dynamisme du secteur des fondations et des fonds de dotation, qui sont 4 700 en activité aujourd’hui. Un focus a été réalisé cette année sur l’impact de la crise sur les fondations. Innovantes et agiles, elles ont rapidement mis en œuvre des actions ciblées vers les populations les plus touchées.

Découvrez comment le secteur philanthropique a su se mobiliser, se remettre en question et trouver des solutions.”

Découvrir

Table ronde

[15/06] Table ronde / "Monde associatif et philanthropie : quels leviers pour agir ensemble?"

Table ronde

” Monde associatif et philanthropie :

quels leviers pour agir ensemble? “

Ou, pourquoi et comment la connaissance
est un levier utile pour :

  • Prendre conscience de l’apport des associations et des philanthropes à notre société et à notre démocratie
  • Eclairer les spécificités des modèles associatifs et philanthropiques français
  • Mieux comprendre l’impact de l’évolution des frontières entre associations, pouvoirs publics et financeurs privés…
  • Permettre aux acteurs de l’intérêt général de monter en compétence…
    …et bien d’autres sujets à découvrir le 15 juin.

Mardi 15 juin 2021 de 9h30 à 10h30

Echanges jusqu'à 11h

Table ronde en visioconférence

Intervenants

Photo de celine laurichesse

Céline Laurichesse

Présidente de Pro Bono Lab,

Directrice Fondatrice d’Assemble, agence conseil en mécénat

Photo de Kais Marzouki

Kais Marzouki

Secrétaire général du Haut Conseil à la Vie Associative

Photo de Floriant Covelli

Floriant Covelli

Délégué général de l’Institut français du Monde associatif

Table ronde animée par

Isabelle Gougenheim, Présidente de l’Institut IDEAS

Suzanne Chami, Déléguée Générale de l’Institut IDEAS

Événement gratuit sur inscription. Le lien vous sera communiqué la veille.


Un outil pour évaluer vos pratiques : l'AUTODIAG IDEAS

Un nouvel outil pour agir plus efficacement : L’AUTODIAG IDEAS

Une solution 100% numérique pour évaluer ses pratiques et la maturité de son organisation.

Objectif : accroître l’efficacité des organismes sans but lucratif et renforcer leur capacité d’action.

Une mission d'intérêt général : aider toutes les associations à progresser

L’AUTODIAG, nouvel outil 100% numérique, propose aux organismes sans but lucratif de s’auto-évaluer pour identifier leurs points forts et ceux à améliorer, en moins de 15 minutes.

L’utilisateur répond à une série de questions en matière de gouvernance, plan stratégique, gestion des risques et contrôle interne, système de pilotage…

Le résultat de l’AUTODIAG, sous forme de diagramme, lui permet de découvrir son positionnement sur ces thèmes essentiels.

Le numérique pour sensibiliser aux Bonnes Pratiques

Depuis plus de 10 ans, l’Institut IDEAS accompagne les associations, fondations et fonds de dotation pour les préparer à répondre aux exigences du Label IDEAS.

L’AUTODIAG IDEAS est une nouvelle solution développée pour satisfaire les attentes des organismes qui souhaitent progresser de façon autonome.

L’AUTODIAG IDEAS va augmenter la diffusion des Bonnes Pratiques du Guide IDEAS et accroitre l’impact de l’expertise de l’Institut.

L’AUTODIAG IDEAS est librement accessible sur
www.autodiag-ideas.fr

La conception l’AUTODIAG IDEAS a bénéficié
du soutien de la FONDATION CREDIT COOPERATIF.

Pour en savoir plus

  • La première offre entièrement numérique de l’Institut IDEAS

Elle donne à tout type d’organisme la possibilité d’évaluer de façon autonome son niveau de maturité dans la mise en œuvre de pratiques essentielles extraites du Guide IDEAS.

  • Les thèmes abordés

○ Fondamentaux associatifs
○ Fonctionnement des organes de gouvernance
○ Plan stratégique à moyen terme
○ Politique de gestion des ressources humaines
○ Gestion des donateurs, financeurs et partenaires
○ Politique de communication
○ Gestion des risques et contrôle interne
○ Gestion et communication financière
○ Pilotage
○ Évaluation

  • Un outil d’amélioration continue en toute autonomie

L’AUTODIAG IDEAS suggère à l’utilisateur, à la suite de sa première auto-évaluation, de découvrir le Guide des Bonnes Pratiques, ainsi que les informations proposées par les acteurs de référence du secteur associatif. Ces différentes ressources lui permettront de progresser et, s’il le souhaite, de refaire l’AUTODIAG IDEAS pour constater son évolution.

  • Un outil de discussion collective

Le répondant peut également, après avoir fait cet autodiagnostic, le proposer à d’autres (bénévoles, salariés…) pour croiser ensuite leurs différentes perceptions.

Le résultat de l’AUTODIAG constitue une aide à la réflexion pour les organismes,

il n’engage pas l’avis de l’Institut IDEAS.


[à revoir] Atelier IDEAS Lab : " Quelques clés pour se lancer dans l’évaluation "

IDEASlab en visio

Le replay de l’atelier IDEAS Lab ” Quelques clés pour se lancer dans l’évaluation ” du  19 mai 2021 est disponible pour les organismes accompagnés par l’Institut IDEAS, dans l’espace connecté. Atelier organisé par l’Institut IDEAS en partenariat avec le Mouvement Associatif.

Visionner le replay

” Quelques clés pour se lancer dans l’évaluation “

Pour établir un dialogue fructueux avec leurs parties prenantes, les associations et les fondations ont besoin d’évaluer leurs missions et les résultats de leur stratégie pour engager une dynamique de changement et de progrès continu.

Quelques constats :

-Toutes les parties prenantes n’ont pas les mêmes attentes vis-à-vis de leur partenaire associatif.

-Les organes de gouvernance ont besoin d’outils pour suivre la réalisation effective et faire évoluer le cas échéant les missions de l’association.

-L’évaluation des actions menées par un organisme sans but lucratif mérite d’être communiquée en interne comme en externe.

Cet IDEAS Lab a pour objectif de répondre à ces questions :

  • Quel périmètre pour l’évaluation ?
  • Comment mettre en œuvre une évaluation cohérente avec le projet associatif et le plan stratégique ?
  • Quel type de ressources (humaines, techniques) faut-il mobiliser pour évaluer efficacement ?
  • Comment communiquer autour de l’évaluation de mes actions ?

Atelier co-animé par Marion Boinot, Responsable Projets et Partenariats au Mouvement Associatif et Jean-François Le Page, Responsable Organisation et Méthodes à l’Institut IDEAS.

Les ateliers IDEAS Lab, en bref :

Ces ateliers permettent d’approfondir des thèmes majeurs du Guide des Bonnes Pratiques mais aussi de traiter des thèmes d’actualité. Les ateliers IDEAS Lab sont gratuits pour les organismes accompagnés par l’Institut IDEAS, tant en pré-label qu’en post-label. Selon les IDEAS Labs, quelques places sont ouvertes à d’autres organismes qui souhaiteraient se former ou nous rencontrer par ce biais. Une participation financière leur sera demandée.


Cultures du Coeur obtient pour la 2ème fois le LABEL IDEAS

Logo Cultures du Coeur
Logo du LABEL IDEAS avec signature

Cultures du Cœur, plus de 20 ans d’expertise au service de la lutte contre l’exclusion par l’accès à la culture, au sport et aux loisirs

Depuis 1998, Cultures du Cœur, se fait l’écho de la Déclaration universelle des droits de l’Homme des Nations Unies (1948) qui pose la culture comme un droit fondamental auquel chacun doit pouvoir accéder. Elle s’appuie également sur la loi de lutte contre l’exclusion de 1998 art.140 qui pose l’égal accès de tous à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs.

L’action du réseau national de l’association se nourrit de la conviction, partagée avec ses partenaires, que l’expérimentation de pratiques culturelles permet non seulement l’exercice de la citoyenneté mais aussi contribue à réparer ou retisser les liens sociaux, à apaiser et remobiliser les personnes.
Constituée autour de principes fondamentaux que sont l’égalité d’accès à la culture, la liberté de choix, de ses expériences culturelles, leur appropriation par le partage, l’association Cultures du Cœur s’engage pour une société plus juste, plus ouverte et soucieuse du collectif.

www.culturesducoeur.org

Le LABEL IDEAS : une démarche structurante et exigeante au service de l'action

Le LABEL IDEAS atteste de la qualité des pratiques en matière de gouvernance, finances et d’évaluation.

Ce label indépendant est décerné aux associations et fondations qui répondent aux exigences du Guide IDEAS des Bonnes Pratiques.

Son référentiel, construit par les parties prenantes du secteur associatif et de la philanthropie, et des métiers du contrôle, couvre les champs clés du fonctionnement d’une organisation. Il engage l’organisme dans une dynamique d’amélioration continue pour favoriser son développement et optimiser son action. Le LABEL IDEAS est la marque d’un engagement sociétal de qualité.

Il est obtenu grâce à l’accompagnement mené par les conseillers bénévoles de l’Institut IDEAS, sur la base de contrôles externes professionnels et au terme d’une audition devant le Comité Label (organe autonome).