Événement « Rapport Philanthropie »: un débat très riche autour des 35 propositions des députées Sarah El Hairy et Naima Moutchou

L’Institut IDEAS se réjouit d’avoir contribué, au sein du collectif de la Coordination Générosités, à l’organisation de cette rencontre. Isabelle Gougenheim, Présidente de l'Institut IDEAS, est intervenue sur l’objectif de clarification et de stabilisation du cadre juridique, pour favoriser la transparence, levier indispensable au développement de la philanthropie.

Le 25 juin dernier, l’Institut IDEAS, dans le cadre de la Coordination Générosités, a conjointement organisé un débat avec les députés Sarah El Haïry et Naïma Moutchou pour échanger au sujet de leur rapport sur l’évolution du cadre de la philanthropie.

Le débat s’est organisé autour des 3 axes du rapport « La philanthropie à la française », avec plusieurs centaines de participants à ce Webinaire, mis en place par l’AFF.

La densité des échanges, et la précision des questions ont démontré que, si les attentes sont fortes, dans cette période de grande instabilité, tous les acteurs sont déterminés à s’engager de façon constructive derrière ces objectifs.

Lire le rapport >
Logos des membres de la Coordination Générosités : Admical, Association Française des Fundraisers, Centre Français des Fonds et Fondations, Don en Confiance, France générosités, Les Entreprises pour la Cité, IDAF, IDEAS et Mouvement associatif.

* La Coordination Générosités regroupe : Admical, Association Française des Fundraisers, Centre Français des Fonds et Fondations, Don en Confiance, France générosités, Les Entreprises pour la Cité, IDAF, IDEAS et Mouvement associatif.


[Tribune] «Nous demandons au gouvernement de démultiplier la générosité des Français»

Pierre Siquier, président de France générosités, propose dans une tribune au Parisien que «tous les dons soient défiscalisables à 75% cette année».

Pierre Siquier, président de France générosités, et 84 représentants d'associations et fondations

« Nos organisations, associations et fondations d’intérêt général, se sont mobilisées dès les premiers jours de la crise du Covid-19 pour répondre aux besoins exceptionnels nés de cette urgence : soutien au secteur hospitalier, à la recherche médicale, au médico-social; soutien aux plus fragiles en France et à l’étranger.

Nous avons, quelle que soit la cause que nous défendons, assuré plus que jamais la continuité du lien social dans notre pays, comme dans le monde, en mobilisant nos bénévoles et en accueillant toutes celles et ceux qui souhaitaient s’engager et donner du sens à leur confinement. Nous avons maintenu le lien avec les malades, les isolés, soutenu les familles et accompagné avec bienveillance et conviction toutes les personnes qui du jour au lendemain ont basculé vers la fragilité et la pauvreté. Nous avons soutenu l’action des soignants et des chercheurs engagés dans une course contre la montre face à cette crise inédite. Ces actions exceptionnelles demandent des ressources exceptionnelles. Ces ressources ont principalement été issues de la générosité des Français. Ils ont été nombreux, particuliers mais aussi entreprises, à répondre aux appels de nos organisations. Leur générosité et leurs beaux élans de solidarité ont su être agiles, rapides et puissants à travers nos actions.

(…)

Lire la suite de la Tribune dans Le Parisien du 21 juin 2020 >

Par cette tribune, France Générosités a pour objectif de soutenir ses propositions de mesures fiscales incitatives dans le prochain projet de loi de Finances pour soutenir une collecte exceptionnelle pour toutes les causes auprès du gouvernement et des parlementaires.

Consulter les propositions >


[25/06] Webinaire AFF : « Mécénat et dons majeurs dans le contexte du Covid-19 : 12 points d’attention pour sécuriser vos financements»

Webinaire animé par Catherine Sudres de CAUSES &CO et Suzanne Chami de l’Institut IDEAS, dans le cadre du séminaire annuel de l’AFF.

Les entreprises ont annoncé des dons substantiels pour soutenir la recherche, les structures médicales et médico-sociales. Mais après ? Quels vont être les arbitrages financiers des mécènes ? Cela va-t-il modifier le choix des causes et des bénéficiaires, les montants ? Comment émerger dans un univers aspiré par la cause du Covid-19 ? Comment rassurer des financeurs sur-sollicités et sécuriser votre modèle économique ? Nous vous guidons pour identifier les réponses à apporter aux menaces et opportunités du moment.

Webinaire animé par Catherine Sudres, consultante fondatrice de CAUSES &CO et Suzanne Chami, Déléguée générale Institut IDEAS.

Webinaire Jeudi 25 juin à 10h

Programme et inscription >

Catherine Sudres 

Photo de Catherine Sudres de Causes and co

Pilote pendant près de 15 ans des programmes de relation clients au sein du groupe Young et Rubicam. Après une formation au management associatif, elle décide de se consacrer entièrement à l’intérêt général et rejoint maxima en 2004. En tant que DGA de l’agence, elle accompagne de nombreuses associations et fondations mais aussi des entreprises dans le développement de leur stratégie d’engagement. Elle crée Causes & Co en 2012 afin de proposer aux organisations un modèle de collaboration souple et économe et un accompagnement sur mesure privilégiant l’écoute et la co-construction.

Causes and Co intervient sur trois dimensions : stratégies de collecte et de mécénat, positionnement projet et marque associative, animation d’ateliers de réflexion stratégique.

Suzanne Chami 

Photo de Suzanne Chami

Diplômée de l’Institut d’Études Politiques de Paris et de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Suzanne Chami développe l’activité de l’Institut IDEAS depuis sa création en 2005. Elle a contribué notamment à la conception des outils méthodologiques et à la mise en œuvre de la démarche d’accompagnement sur la base du Guide IDEAS des bonnes pratiques. Elle est aujourd’hui déléguée générale de l’institut. A ce titre, elle agit auprès des associations et de leurs parties prenantes, tels que les financeurs publics et privés, pour favoriser l’émergence de nouvelles modalités partenariales entre les acteurs du monde associatif et de la philanthropie. Elle est ainsi le témoin privilégié des évolutions et des enjeux auxquels le secteur non-lucratif fait face.


[Résultats enquête] « Covid-19 : où en sont les associations »

Quelle est la situation des associations depuis le déconfinement ? Pour le savoir, Le Mouvement associatif et le RNMA, en lien avec Recherches et Solidarités et la DJEPVA et en partenariat avec le CNEA et France Générosités, ont mené durant un mois une enquête auprès des responsables associatifs.  (Enquête réalisée du 18 mai au 15 juin 2020)

Les résultats de l’enquête, à laquelle 13 500 associations ont répondu, permettent de prendre la mesure de l’impact économique de la crise sanitaire et des besoins à venir des associations, en mettant en lumière notamment ces 5 points :

  • L’activité du secteur associatif français dans son ensemble a été largement stoppée
  • L’impact économique a de lourdes conséquences sur l’avenir des associations
  • L’emploi associatif est menacé
  • La reprise d’activités pose question
  • Il y a une forte attente du côté des collectivités territoriales

Découvrir la synthèse des résultats >Consulter l’infographie des chiffres-clés >

Pour aller plus loin :

Article du Mouvement Associatif >Article de Recherche et Solidarités >Article du Réseau national des maisons des associations >


[30/06] Webinaire : Face à la crise : Jusqu'où associations et fondations se sont-elles réinventées ? - Enquête IDAF/Cerphi

logos IDAF, Cerphi et Force for Good

L’IDAF et le CerPhi, en partenariat avec Force For Good, restitueront les résultats de l’enquête commune menée le mois dernier auprès d’un panel de dirigeants associatifs sur la résilience du secteur face à la crise du Covid19.

L'IDAF vous donne rendez-vous en ligne :

Webinaire : Mardi 30 juin à 11h30

Restitution enquête IDAF - CerPhi

"Face à la crise : Jusqu'où associations et fondations

se sont-elles réinventées ?"

Inscription gratuite obligatoire

Infos et inscription >

A l'aune de ces résultats, de grandes tendances observées dans le secteur seront abordées, éclairées par les témoignages de 3 acteurs associatifs sondés.

Les intervenants :

• Laurent Cayssials, Directeur général, Fondation Foch

• Antoine Dubreuil, Directeur financier, France Active

• Anouchka Finker, Directrice générale, La Chaîne de l’Espoir

• Antoine Vacarro, Président Fondateur, CerPhi


[25/06] Webinaire : Rapport Philanthropie : qu'en retenir ?

Le rapport sur l’évolution du cadre de la philanthropie, confié par le Premier Ministre aux députées Sarah El Haïry et Naïma Moutchou,  lui a été remis le mardi 9 juin 2020, en présence de Gabriel ATTAL, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse. De ce rapport à 360°C, le premier du genre, il ressort 35 propositions concrètes.  
L’Institut IDEAS, avec la Coordination générosités, vous propose de revenir sur les 4 grandes questions qui irriguent l’ensemble du rapport : 
Comment définir la « philanthropie à la française » ? 
Fondation : quel statut, pour quel objet ? 
Quels leviers pour le développement des ressources ? 
Quelle représentativité politique pour notre secteur dans le « Monde d’après » ?

Lire le rapport >

Webinaire : Jeudi 25 juin à 17h30

"Rapport Philanthropie : qu'en retenir ?"

Un débat proposé par la Coordination générosités*

avec les députées Sarah El Haïry et Naïma Moutchou

Inscription réservée aux organismes accompagnés par l'Institut IDEAS

et aux  membres des organisations de la Coordination générosités

Logos des membres de la Coordination Générosités : Admical, Association Française des Fundraisers, Centre Français des Fonds et Fondations, Don en Confiance, France générosités, Les Entreprises pour la Cité, IDAF, IDEAS et Mouvement associatif.

* La Coordination Générosités regroupe : Admical, Association Française des Fundraisers, Centre Français des Fonds et Fondations, Don en Confiance, France générosités, Les Entreprises pour la Cité, IDAF, IDEAS et Mouvement associatif.


[07/07] Atelier IDEASLab en visio : "Les Bonnes Pratiques RH salariés/bénévoles au service de votre projet associatif"

IDEASlab en visio

Atelier IDEASLab en visioconférence

Les Bonnes Pratiques RH salariés/bénévoles

au service de votre projet associatif

Le mardi 7 juillet 2020

de 9h à 12h30

Cet atelier sera co-animé par Guillaume Douet de l’IEDH

et Jean-François Le Page de l’institut IDEAS

Les objectifs de cet atelier IDEASLab :

– Approfondir les bonnes pratiques Richesses Humaines du nouveau guide IDEAS

– Souligner les particularités relatives aux salariés et aux bénévoles

– Vous aider à mettre en oeuvre une politique des Richesses Humaines adaptée à votre projet associatif

– Répondre à vos questions d’actualité sur la gestion de vos ressources humaines (salariés, bénévoles, volontaires)

Exceptionnellement gratuit et ouvert à tous les organismes à but non lucratif.

Inscription obligatoire. Le lien vous sera communiqué la veille du webinaire.

L’IEDH

Depuis plus de vingt ans, l’Institut Européen de Développement Humain (IEDH) propose des actions de formation pour un développement harmonieux de la personne humaine dans toutes les étapes de sa vie.

Il intervient pour des associations ou des organisations, et pour des particuliers afin de mettre les outils professionnels de formation continue à la portée de tous. Chacun peut ainsi développer des compétences (savoir, savoir-faire, savoir-être) adaptées à ses engagements.

www.iedh.fr

Les ateliers IDEASLab, en bref :

Ces ateliers permettent d’approfondir des thèmes majeurs du Guide des Bonnes Pratiques mais aussi de traiter des thèmes d’actualité. Les ateliers IDEASLab sont gratuits pour les organismes accompagnés par l’Institut IDEAS, tant en pré-label qu’en post-label. Selon les IDEASlabs, quelques places sont ouvertes à d’autres organismes qui souhaiteraient se former ou nous rencontrer par ce biais. Une participation financière leur sera demandée.

Image par Pexels de Pixabay


Image de la couverture du rapport Annuel IDEAS 2019

Découvrez le Rapport Annuel 2019 de l’Institut IDEAS

Le 15 juin dernier, lors de son assemblée générale, l’Institut IDEAS a présenté son rapport annuel pour l’année 2019. Découvrez les principales actions de l’institut pour soutenir et accompagner le développement les acteurs de l’intérêt général !

2019 a été une année majeure pour IDEAS, avec l’aboutissement de deux chantiers de transformation qui nous permettent aujourd’hui d’agir plus efficacement et au bénéfice d’acteurs toujours plus nombreux :

– La finalisation et la parution du nouveau guide des Bonnes Pratiques,

– Un site Internet entièrement repensé, véritable site ressources

La crise sanitaire du premier trimestre 2020 a bouleversé beaucoup de nos repères. Elle a démontré la fragilité de nos économies et nous a rappelé l’importance de la proximité, de l’engagement individuel, de la solidarité et des liens sociaux qui permettent à une société d’être à la hauteur de son humanité.

La diversité des initiatives de solidarité a également rappelé l’importance de se doter d’une grille de lecture et d’outils adaptés, pour bien comprendre qui sont les porteurs de projets, et quelles sont la portée et la durabilité de leurs actions.

Depuis plus de 15 ans, l’institut IDEAS contribue de manière concrète et efficace à renforcer la capacité d’action et de développement des associations et des fondations pour leur permettre de jouer leur rôle en toutes circonstances.

Je voudrai aussi souligner le formidable engagement de toute l’équipe et des conseillers bénévoles qui travaillent de façon constructive et durable pour démultiplier les actions de l’Institut.

Soyez des nôtres, les acteurs de l’intérêt général le méritent et en ont besoin.

Bonne lecture

Isabelle Gougenheim

Présidente


Loupe sur la couverture du Juris associations n'616

Guide IDEAS des Bonnes Pratiques : l’intelligence collective au service de l’intérêt général

L’Institut IDEAS vous propose d’approfondir votre connaissance du Guide IDEAS, véritable outil méthodologique à 360°, grâce à cet article initialement paru dans le dossier spécial de Juris Associations n°616

Photo du Guide IDEAS des Bonnes Pratiques

Le « Guide IDEAS des bonnes pratiques » est un outil méthodologique à destination des organismes à but non lucratif. Son objectif est d’engager la structure dans une dynamique d’amélioration continue pour optimiser son action et favoriser son développement.

Le Guide des bonnes pratiques a été profondément repensé en 2019 – la première version fut élaborée entre 2007 et 2008 – après deux années de travaux du Comité Expert IDEAS, et enrichi par une consultation large de plus de 100 personnes. Pour garantir la pluralité des regards et la convergence des attentes et des besoins des parties prenantes, le Comité Expert rassemble des personnalités d’horizons très divers : associations, fondations, mécènes, spécialistes de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), financeurs de l’économie sociale et solidaire (ESS), entreprises, experts de l’évaluation, du contrôle et de l’audit.

L’ambition poursuivie pour cette seconde édition est de capitaliser sur les enseignements de 10 années de pratique, mais également d’intégrer les enjeux liés à la RSE* et les nouvelles exigences de l’ESS et de ses financeurs.

Trois  thèmes structurants

Le Guide propose ainsi 90 bonnes pratiques – le précédent Guide comprenait 120 indicateurs – qui permettent d’aborder les points clés du fonctionnement d’un organisme à but non lucratif, au travers de trois grands thèmes structurants : « gouvernance », « finances », et « pilotage & évaluation ».

Le nouveau Guide est plus resserré, plus ambitieux et plus lisible. Ce n’est pas un guide normatif. Il vise bien au contraire à s’adapter aux différentes entités, à leur modèle, à leur organisation, tout en leur donnant un cap clair et un cadre, défini par chaque bonne pratique.

Il prend mieux en considération les parties prenantes et intègre désormais la démarche de mesure d’impact.

Les trois thèmes forment un tout et leur complémentarité est consubstantielle :

  • la « gouvernance » est sans conteste le thème majeur, qui pose les fondamentaux associatifs et ouvre la démarche à la prise en compte des parties prenantes, introduisant ainsi de façon transversale la responsabilité sociétale ;

 

  • le volet « finances » est le thème charnière qui permet d’articuler vision et action. Il s’agit sans doute de la dimension la mieux comprise car incontournable : un socle à la conduite du progrès. Le volet « finances » engage par ailleurs l’entité à mettre en place une comptabilité fiable, produire une information financière de qualité et à s’appuyer sur une gestion budgétaire performante ;

 

  • la dimension « pilotage & évaluation », troisième pilier essentiel du Guide IDEAS, propose de s’appuyer sur un système complet de pilotage pour mesurer et évaluer les actions.

Il est à noter que le nouveau Guide intègre désormais les nouvelles obligations comptables issues notamment du règlement de l’Autorité des normes comptables (ANC) no 2018-06 mais les objectifs généraux restent les mêmes : rendre compte en toute transparence et avec pédagogie et valoriser la « bonne gestion » de l’organisme.

Le Guide couvre 3 thèmes déclinés en 14 objectifs et 90 bonnes pratiques

Picto représentant le thème gouvernance

Gouvernance

  • Fondamentaux associatifs définis
  • Gouvernance performante
  • Gestion désintéressée et transparente
  • Stratégie à moyen terme
  • Gestion des risques dynamique
  • Gestion des richesses humaines
  • Respect des financeurs et partenaires
  • Communication transparente

Picto représentant le thème finance

Finances

  • Comptabilité fidèle
  • Information financière de qualité
  • Gestion budgétaire performante

Picto représentant le thème pilotage et évaluation

Pilotage et Evaluation

  • Système complet de pilotage
  • Outils de pilotage
  • Mesures et évaluations

Plein feux sur la gouvernance

Le nouveau Guide IDEAS des bonnes pratiques consacre à juste titre une large part au thème de la « gouvernance » qui représente huit objectifs sur un total de 14. Il indique ainsi les huit axes majeurs qui permettent d’assoir la démarche de l’association ou de la fondation.

Les principales novations sont les suivantes :

–  le Guide IDEAS met l’accent sur les fondamentaux associatifs, traduits dans un projet associatif clair et cohérent, établi de manière collaborative, reposant sur des principes éthiques partagés et communiqués, et complété par un plan stratégique qui guide l’action ;

–  les parties prenantes sont d’emblée prises en compte, dès la bonne pratique 3, au travers notamment d’une cartographie qui incite à mieux les identifier et les considérer, dans le respect du règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) ;

–  la planification stratégique, inscrite dans un horizon de moyen terme, inclut désormais une réflexion sur le modèle socio-économique sur lequel repose l’organisme ainsi qu’une référence aux objectifs de développement durable (ODD) sur lesquels l’entité choisit de s’engager ;

–  face aux difficultés récurrentes constatées pour recruter de nouveaux administrateurs et renouveler les instances de gouvernance, le Guide propose des leviers pour dynamiser ces dernières et en améliorer le fonctionnement. En complément des bonnes pratiques déjà décrites, telles que la limitation des mandats, il incite désormais le conseil d’administration à se soumette à une auto-évaluation ;

–  l’analyse des « retours terrains » du précédent Guide avait fait émerger le besoin de renforcer le volet « gestion des ressources humaines ». Renommée « richesses humaines », cette thématique fait aujourd’hui l’objet de six bonnes pratiques pour engager l’association dans une politique de gestion inspirée par une recherche d’exemplarité sociale. Ces bonnes pratiques visent à maîtriser les compétences requises – procédures de recrutement, organigramme, procédures de délégation – et à assurer la qualité des conditions d’emploi – charte du bénévolat, politique salariale. Elles insistent sur le rôle clé des bénévoles et la nécessité d’un pilotage adapté au caractère spécifique du bénévolat. Une attention particulière est portée à la diversité des statuts et des formes d’engagement au sein des associations, qui nécessitent une clarification et une bonne articulation des rôles et missions de chacun.

En quelques mots, le Guide engage l’organisme à clarifier, pour toutes les parties prenantes, internes et externes, à la fois ce qu’il est, où il va et comment la vision se traduit concrètement.

Ce travail – n’étant pas le fruit de la réflexion des seuls dirigeants – engage les parties prenantes dès la conception, selon le principe de la coconstruction, facteur de succès et de la meilleure appropriation par tous, des démarches mises en œuvre au service de la vitalité associative et de l’intérêt général.

Auteurs :

Marie-Bernard Delom, Chargée de mission Pilotage des innovations à l’Institut IDEAS

Paul Prud’Homme, Commissaire aux comptes, Président du Comité Expert IDEAS

La parole à

Cécile Ceret, Directrice Qualité, Les Compagnons du Devoir et du Tour de France

Le comité d’audit a, dès sa création, trouvé sa place au sein de notre association. Le choix de sa constitution ainsi que la phase de préparation avant lancement en ont été les principaux facteurs de succès.

Le comité est constitué de six membres bénévoles : trois compagnons ayant œuvré dans l’association, trois membres du secteur privé exerçant ou ayant exercé des fonctions à responsabilité en entreprise. En 2020, un septième membre, dirigeant d’une fondation, viendra compléter le groupe.

Le comité d’audit a plaisir à se retrouver une fois par trimestre autour de thématiques définies telles que le plan stratégique, les risques, la déontologie, les finances… Il est amené à rencontrer différentes fonctions dirigeantes et sa mission relève aussi bien du contrôle que du conseil. Il présente ses travaux une fois par an en conseil d’administration. Son regard externe, composé d’une pluralité d’acteurs compétents, consciencieux et bienveillants, apporte une véritable valeur ajoutée à la gouvernance de notre association.

La parole à

Gérard Bernes-Cabanne, Trésorier de Sparadrap

Sparadrap est une association de sept équivalents temps plein (ETP). Depuis 25 ans, elle œuvre dans le domaine de l’enfance et de la santé. En 2013, salariés, administrateurs et bénévoles se sont ensemble lancés dans le processus de labellisation IDEAS, surtout pour la démarche de professionnalisation qu’il implique.

Sur la gestion des risques informatiques, nous avions axé la prévention sur des sauvegardes régulières. Lors d’un contrôle, le comité d’audit de Sparadrap, exclusivement composé de bénévoles, avait relevé des lacunes et conseillé le strict respect de la procédure. Grâce à ce rappel et à sa mise en application, nous avons pu faire face à un piratage sans payer la rançon demandée. L’incident nous a conduits à repenser le risque. Nous utilisons depuis une solution professionnelle : sauvegardes des données et de la configuration des postes sur un serveur sécurisé, antivol, étanche et ignifugé.

Article initialement paru dans Juris Associations n°616

*La RSE représente l’intégration, dans le monde de l’entreprise, des principes du développement durable et de ses trois piliers : environnement, social, économie. Telle que définie dans des standards internationaux, la RSE est composée de sept champs d’action : gouvernance, droits de l’Homme, social, environnement, loyauté des pratiques, enjeux liés aux clients / consommateurs, implication dans les territoires. www.ecologique-solidaire.gouv.fr > « Politiques publiques / de A à Z » > « Économie verte » > « Entreprise responsable » > « La responsabilité sociétale des entreprises ».


Image d'un ordi et d'un café pour illustrer un Webinaire

[à revoir] Webinaire IDEAS : "Crise du Covid19, comment réajuster votre stratégie de collecte de fonds et de communication ? "

Le replay du webinaire IDEAS du 8 juin 2020 avec Catherine Sudres de Causes and Co est disponible.

Webinaire animé par Catherine Sudres

Consultante collecte de fonds et communication de cause

Fondatrice de Causes and Co

Face à une crise inédite, les interrogations sont nombreuses. Après la question vitale de la continuité des activités, vient celle de la sécurisation des financements. Le raz de marée de la générosité va-t-il redistribuer les cartes entre les différentes causes? Comment défendre vos positions sur un marché de la collecte perturbé ?

– Quelles étapes stratégiques mettre en place pour ajuster votre communication et pour optimiser votre modèle économique de collecte de fonds et de mécénat ?  

– Quelles questions se poser pour repenser votre stratégie en termes d’opportunités constructives pour le développement de votre organisation ?

Photo de Catherine Sudres de Causes and co

Après une dizaine d’années ans au sein du groupe Young et Rubicam, et 8 ans dans une agence de collecte de fonds, Catherine Sudres créé Causes & Co en 2012 afin de proposer aux associations et fondations un modèle de collaboration souple et économe. 

Causes and Co intervient sur trois dimensions : stratégies de collecte et de mécénat, positionnement projet et marque associative, animation d’ateliers de réflexion stratégique.