photo d'évements IDAF

[21/11 ] Trois ateliers dédiés aux dirigeants associatifs (Finance / RH / Gouvernance) - par l'IDAF

logo IDAF (Institut des Dirigeants d'Associations et Fondations)

L’IDAF propose aux dirigeants associatifs des ateliers sur trois thématiques différentes. L’Institut IDEAS interviendra sur le thème de la Gouvernance associative.

Jeudi 21 Novembre 8h45 – 12h à Paris

  • Atelier 1 :

“Cercle Finance et Intérêt Général : la communauté des responsables financiers”

 

  • Atelier 2 :

“Egalité homme-femme, diversité, bien-être au travail : vos responsabilités d’employeur socialement responsable”

 

  • Atelier 3 :

“Gouvernance : le duo Directeur.rice/Président.e, un équilibre (presque) parfait”

Avec l’intervention de l’Institut IDEAS


Logo appel à projets - accélérateur des mémoires

[Appel à projets] de l’Observatoire B2V des Mémoires : « la mémoire à l’épreuve du traumatisme »

Logo appel à projets - accélérateur des mémoires

L’Observatoire B2V des Mémoires lance son premier appel à projets national à destination des associations d’intérêt général et structures d’utilité publique dans le cadre de son accélérateur d’innovation sociale sur la mémoire.

La thématique : « la mémoire à l’épreuve du traumatisme »

Les porteurs de projets souhaitant candidater devront présenter un projet en lien avec la thématique « La mémoire à l’épreuve du traumatisme ».

La notion de traumatisme est assez vaste : elle est ici entendue comme un évènement qui lorsqu’on fait un effort de représentation de soi, définit un « avant » et un « après ». C’est une rupture majeure, une souffrance, un choc, ponctuel ou répétitif, qui entraîne un changement
radical avec la situation antérieure, une bifurcation. La notion de traumatisme recouvre les traumatismes « extrêmes », qui peuvent provoquer des troubles psychiques ou psychiatriques, mais aussi les évènements qui constituent des points de rupture dans le parcours de vie, susceptibles d’avoir des répercussions sur la mémoire (trouble du stress post-traumatique). Le traumatisme mémoriel s’entend également par rapport à un après qui constituerait un objectif de résilience. Le traumatisme peut être entendu à titre individuel comme collectif, lié à l’histoire de l’individu, celle de son cercle proche ou un évènement survenu dans son environnement.

Ainsi, le champ d’intervention des projets s’étend de la prévention primaire en amont du possible choc ou évènement traumatique, à la prévention secondaire qui intervient après l’évènement mais avant un possible développement du traumatisme, comme à l’accompagnement dans leur reconstruction des individus subissant un traumatisme, pouvant conduire à la résilience. »

Plus de détails : Voir l’appel à projet >

Un accompagnement sur-mesure

Avec un investissement à plusieurs niveaux, l’accélérateur propose un accompagnement sur-mesure, pouvant prendre différentes formes :

  • Gestion de projet,
  • Communication,
  • Moyens logistiques,
  • Mentorat par un expert de l’Observatoire B2V des Mémoires ou de son réseau,
  • Soutien financier en fonction des besoins du projet pouvant aller jusqu’à 100 000€.

L’accompagnement se déroulera sur une durée de 6 mois à 2 ans, en fonction des besoins identifiés du projet, en vue de franchir un cap de développement.

Qui peut candidater ?

L’appel à projets est ouvert aux structures de l’Économie sociale et solidaire à vocation d’intérêt général :

  • Dont le siège social et le projet présenté sont localisés en France,
  • Souhaitant développer notamment des solutions d’action-recherche à fort impact social,
  • Fort de l’ambition de franchir un cap à moyen-terme.

Comment participer ?

Les porteurs de projets peuvent candidater entre le 22 octobre et le 12 novembre 2019.

Dossier de candidature

et informations utiles sur :

www.accelerateurdesmemoires.fr


couverture etude de RetS

[Publication] « La France associative en mouvement » : 17ème édition annuelle

Couverture etude

Cette nouvelle édition de l’étude annuelle de Recherches et Solidarités s’appuie sur des sources officielles et sur le témoignage de plus de 2500 responsables associatifs pour dresser le portrait du secteur associatif en 2019.

Résumé réalisé par Recherches et Solidarités

Une belle dynamique

Avec plus de 72 000 créations d’associations au cours de l’année associative 2018-2019, la dynamique ne se dément pas. Même si nombre d’associations disparaissent, en 2018 comme en 2017, au-delà du turn-over habituel, on devrait aujourd’hui dépasser le total de 1.400.000 pour l’ensemble national.

 

Assez vive tension sur le bénévolat

Si le nombre des Français bénévoles a peu évolué entre 2016 et 2018, l’intensité de l’engagement a fortement varié : ils étaient 12,5% à intervenir chaque semaine dans leur association, ils ne sont plus que 10,5% aujourd’hui. Le profil des bénévoles évolue également : la baisse de la proportion des plus de 65 ans, s’accompagne d’une augmentation des plus jeunes, moins disponibles.

 

Dans l’enquête menée auprès de 2 600 responsables associatifs, ce sujet ressort très nettement, avec de vives inquiétudes concernant les ressources humaines bénévoles disponibles pour les activités, partagées par 60% d’entre eux, le renouvellement des dirigeants (48%) et aussi la motivation et l’investissement des dirigeants (26%).

 

Léger repli des effectifs salariés associatifs en 2018

Pour la première fois depuis 2011, les effectifs salariés se sont repliés de près de 1%, vraisemblablement en lien avec la diminution des emplois aidés. On assiste aussi à un repli significatif du nombre d’employeurs associatifs, notamment parmi ceux qui ont moins de trois salariés. Ils ont toutefois retrouvé la confiance, si l’on en juge par le nombre de CDI qui ont été proposés en 2018, au regard des années précédentes.


logo de l'institut

Cycle de Rencontres territoriales sur les enjeux et besoins de connaissance du monde associatif

L'Institut français du Monde associatif ouvre un cycle de Rencontres territoriales sur les enjeux et besoins de connaissance du monde associatif. Les premiers RDVs : Lyon, Arras et Rennes.

L’Institut français du Monde associatif a pour ambition de faire reconnaître le plus largement possible la contribution des associations à la société et à la démocratie et de répondre aux besoins de connaissance exprimés par le monde associatif. L’Institut lance un cycle de rencontres territoriales dans toute la France sur les enjeux de connaissance du fait associatif, à destination des chercheurs et du monde associatif. Ces rencontres mettront en lumière des témoignages locaux d’expériences conjointes entre recherche et associations. Elles permettront aux acteurs de la connaissance et de la pratique associative de se rassembler, de renforcer leurs liens et de faire part à l’Institut de leurs besoins.

 

Les première dates :

– Le 5 novembre à Lyon pour l’Auvergne-Rhône-Alpes

– Le 22 novembre Arras pour les Hauts-de-France

– Le 09 janvier à Rennes pour la Bretagne


Image du l'enquete de l'Adema

Participez à l’enquête sur les besoins en matière de formation du secteur associatif

L’Adéma, partenaire de l’Institut IDEAS, a lancé une enquête à destination du secteur associatif à l’occasion du  Forum National des Associations et Fondations.

L’ADEMA, association pour le développement du management associatif, forte de 15 ans d’expérience, travaille actuellement sur une nouvelle offre de formation pour 2020 pour intégrer la diversification constatée des participants aux formations et la transformation du paysage de la formation professionnelle. Afin de répondre au mieux aux besoins des salariés des associations et fondations, il vous est proposé de prendre 3 minutes de votre temps pour répondre à quelques questions.


[à lire ] Un partenariat efficace au service des acteurs de l’intérêt général

Cet article, rédigé pour le magazine SIC d’octobre 2019, présente le partenariat de plus de 10 ans entre l’Institut IDEAS et le Conseil supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables au profit de la montée en compétence et de la professionnalisation des associations et des fondations.

L’Institut IDEAS, association d’intérêt général, a été créé en 2005, sur un principe d’action original : faire converger les attentes et les besoins des associations, des mécènes, des philanthropes et des professionnels de l’expertise comptable et de l’audit. Ce principe s’est concrétisé par cinq missions :

  • élaborer et promouvoir un guide de bonnes pratiques (lancé en 2008) à l’usage des associations et des fondations ;
  • accompagner ces organismes vers les meilleures pratiques décrites dans le guide ;
  • organiser la délivrance d’un label attribué par un comité autonome attestant du bon niveau de conformité des organismes au guide IDEAS ;
  • organiser et développer les échanges de bonnes pratiques entre acteurs et en valoriser les résultats ;
  • favoriser la convergence entre philanthropes et acteurs de la solidarité.

 

Les experts-comptables sont associés depuis la création d’IDEAS, à tous les niveaux et dans des modalités différentes, à chacune de ces missions stratégiques.

 

Aujourd’hui cette collaboration se traduit très concrètement par :

  • un outil co-construit par les parties prenantes : le guide IDEAS des Bonnes Pratiques ;
  • des missions de conseil élargies pour les experts-comptables ;
  • des missions de contrôle pour les experts-comptables et les commissaires aux comptes dans le cadre de la démarche de labellisation IDEAS ;
  • l’engagement bénévole des professionnels dans la démarche d’accompagnement au label IDEAS.

L’année 2019 marque une nouvelle étape dans le développement d’IDEAS

Témoin privilégié des transformations du secteur associatif et de la philanthropie et fort de ses dix ans d’expérience d’accompagnement des associations et des fondations, Ideas renouvelle le guide des bonnes pratiques afin de :

  • développer la notion de responsabilité sociétale des organisations ;
  • approfondir certaines thématiques telles que la gestion des richesses humaines ou l’évaluation de la performance ;
  • introduire la notion de mesure d’impact et renforcer l’efficacité opérationnelle du guide.

La présentation de cet outil renouvelé et enrichi a eu lieu au siège du Conseil supérieur le 17 juin dernier lors d’une table ronde animée par le président du Comité Expert Ideas, Paul Prud’Homme, sur le thème : « Evolutions, mutations, de quoi parle-t-on ? La réponse d’Ideas dans le nouveau guide des Bonnes pratiques ».

 

Comme le précédent, ce nouveau guide sera mis en ligne, accessible à tous, à l’automne 2019, lors du lancement du nouveau site internet d’IDEAS.

IDEAS proposera donc de nouvelles formations (début 2020) aux experts-­comptables et commissaires aux comptes qui souhaitent rejoindre l’équipe des conseillers bénévoles qui accompagnent les associations et les fondations candidates au label.

Il faut aussi rappeler que dans le cadre de la labellisation, il est indispensable de nommer un commissaire aux comptes, même s’il n’est pas juridiquement obligatoire (Bonnes pratiques 11 et 52).

Aujourd’hui, ce sont plus de 120 conseillers, dont près de 25 experts-comptables, qui sont engagés dans la mission de labellisation et IDEAS recrute tout au long de l’année de nouveaux candidats.

 

Grâce au guide IDEAS des Bonnes pratiques, les experts-comptables enrichissent leurs relations client et développent leurs missions car ils restent le conseil privilégié sur nombre des actions à entreprendre dans le cadre de la démarche de labellisation, tant pour la gouvernance associative que pour la mise en place d’indicateurs d’efficacité de l’action ou enfin au niveau de la transparence financière, notamment avec l’application du nouveau règlement comptable ANC n°2018-06.

 

Un expert-comptable, conseiller bénévole, témoigne : « La démarche IDEAS m’a permis d’inviter une association à fiabiliser et systématiser le contrôle de ses programmes et à comparer la performance relative des actions engagées. Cette sensibilisation passera par une implication plus grande de l’expert-comptable en charge du dossier, notamment avec la mise en place d’une comptabilité analytique adaptée. »

 

C’est donc un partenariat renouvelé avec la profession, dans une nouvelle dynamique depuis 2017 impulsée par Chakib Hafiani, président du Comité secteur Non-marchand-associations.

Article rédigé pour le n°388 du Magazine SIC  édité par le CSOEC (Conseil supérieur de l’Ordre des Experts Comptables).

Pour consulter les numéros précédents, cliquer ici. 


image du flyer de la campagne

#DUTILITÉCITOYENNE : Campagne de mobilisation pour la vie associative

Le Mouvement Associatif, porte-voix du monde associatif en France, lance une campagne de mobilisation pour interpeller les parlementaires en cette période de projet de loi de finances 2020.

#DUTILITÉCITOYENNE

« Les associations sont sur tous les fronts, dans toute la France, des zones les plus isolées aux zones très urbaines, et à l’international.
Elles sont une réalité quotidienne pour chacun de nous. Elles font vivre les territoires, créent du lien social, jouent un rôle économique clé.
Crèches, maisons de retraite, associations de parents d’élèves, clubs sportifs, lieux culturels, collectifs de mobilisation militante, … les associations développent des activités pour tous et toutes, créent des passerelles entre elles pour inventer de nouvelles façons de faire, permettent l’implication de chacun pour transformer le quotidien.
Les pouvoirs publics reconnaissent l’importance de la vie associative. Mais les déclarations ne suffisent pas, il faut des actes !
Mobilisons-nous ensemble pour des moyens à la hauteur de ce que représentent les associations dans notre pays, et ce dès le projet de loi de finances 2020. »

Interpellez vos parlementaires


[à lire ] IDEAS, un Guide et une démarche structurante pour les associations, fondations et fonds de dotation

Cet article, rédigé pour la lettre du CSOEC d’octobre 2019, résume les échanges de la table ronde organisée par l’Institut IDEAS. Le thème :  évolutions, mutations du secteur associatif et bonnes pratiques. Cet évènement fut l’occasion d’annoncer la sortie prochaine du nouveau Guide IDEAS des Bonnes Pratiques, outil structurant pour les organismes à but non lucratif. 

Créé en 2005, l’institut IDEAS s’est donné pour mission de soutenir la contribution des associations, des fondations et fonds de dotation, à l’intérêt général. Ses objectifs principaux sont de développer la capacité d’action des organismes à but non lucratif, de valoriser leur qualité et leur démarche de progrès grâce à un Label, et de contribuer au développement de la philanthropie. Grâce au partenariat original mis en œuvre avec le Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables et la Compagnie nationale des commissaires aux comptes, l’institut IDEAS a développé sa démarche d’accompagne-ment auprès d’une centaine d’organismes à but non lucratif. Aujourd’hui ce sont plus de 50 associations et fondations qui sont labellisées IDEAS. En 2019, l’institut franchit une nouvelle étape de son développement, qui sera illustrée notamment par une nouvelle identité graphique et un nouveau site internet. Mais l’évènement marquant de cette année a été célébré en avant-première au Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables le 17 juin dernier : l’Institut IDEAS y a présenté sa nouvelle édition du Guide des Bonnes Pratiques. En effet, témoin privilégié des transformations du secteur associatif et de la philanthropie et fort de 10 ans d’expérience dans l’accompagnement des associations et des fondations, IDEAS renouvelle le Guide des Bonnes Pratiques. Ce guide est un outil structurant, qui propose désormais 90 Bonnes Pratiques, dans les 3 domaines : gouvernance, finance, pilotage & évaluation. Il permet d’aborder les points clés du fonctionnement d’un organisme pour l’ai-der à faire face à ses enjeux. Les objectifs de cette nouvelle édition sont multiples. Il s’agissait d’approfondir certaines thématiques telles que la gestion des richesses humaines ou l’évaluation de la performance, de développer la notion de Responsabilité Sociétale des Organisations, et d’introduire la notion de mesure d’impact, tout en renforçant l’efficacité opérationnelle de ce guide.

La présentation du Guide des Bonnes Pratiques, renouvelé et enrichi, a donné lieu à une table ronde animée par le Président du Comité Expert IDEAS, Paul Prud’Homme, sur le thème : « Evolutions, mutations, de quoi parle-t-on ? La réponse d’IDEAS dans le nouveau Guide des Bonnes Pratiques ».

En introduction de cette soirée, toutes les parties prenantes d’IDEAS, associations et fondations, conseillers bénévoles, partenaires, mécènes et philanthropes, membres des Comités Label et Expert d’IDEAS ont été chaleureusement accueillis par Chakib HAFIANI, Président du comité non-marchand du CSOEC, qui a rappelé l’engagement de l’Ordre aux côtés de l’institut, en qualité de fondateur, inspirateur et partenaire de la visibilité d’IDEAS auprès de la profession, grâce à la mise en œuvre de nombreux projets communs.

A titre d’exemple, on peut rappeler la formation dédiée au nouveau règlement comptable, organisée dans le cadre d’un IDEASLab, en partenariat avec la Compagnie nationale des commissaires aux comptes. Cette formation, la 1ère organisée à ce niveau d’expertise pour les dirigeants et responsables administratifs et financiers des associations, a répondu à une attente forte et a été vivement appréciée des très nombreux participants. Car l’objectif d’IDEAS est bien d’outiller et d’accompagner les associations et les fondations afin de leur permettre de faire face aux conséquences d’un environnement très évolutif. Aussi, pour tenter de mieux cerner ces enjeux, trois intervenants de référence, représentatifs du positionnement unique de l’institut au carrefour des mondes associatif, de la philanthropie et du mécénat, ont partagé leurs points de vue, éclairant deux thèmes clés des évolutions à l’œuvre : la Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO) et la mesure de l’impact social.

Philippe Jahshan, Président du Mouvement Associatif et de Coordination Sud, Arthur Gautier, Directeur Exécutif de la Chaire Philanthropie de l’ESSEC et Christophe Vernier, Secrétaire Général de la Fondation Crédit Coopératif, ont partagé leur vision, chacun dans son domaine d’expérience, de la prise en compte de ces sujets par les acteurs de terrain. Les niveaux de maturité sont encore très hétérogènes selon les secteurs, mais la prise de conscience est réelle et effective. Philippe Jahshan a ainsi rappelé que les ONG se sont emparées du sujet de la mesure d’impact depuis plus de 20 ans déjà, en lien avec leurs bailleurs, car le succès de toute démarche est lié à la qualité du dialogue engagé, afin de co-construire les indicateurs pertinents et utiles à l’amélioration des pratiques. Arthur Gautier a souligné l’évolution de la relation association / philanthrope qui va désormais au-delà du simple financement de projet, pour soutenir également la structuration de l’organisation, gage d’un impact amélioré sur les bénéficiaires. Christophe Vernier, pour que ces thématiques de la RSO et de la mesure d’impact soient appréhendées au mieux par les associations et les fondations, a mis en garde contre le risque d’une normalisation qui enfermerait les pratiques et ne répondrait pas à la richesse et à la diversité des modalités d’intervention au plus près des besoins sociétaux. C’est bien l’esprit du nouveau Guide IDEAS des bonnes Pratiques qui, grâce à la pluralité des approches de ces contributeurs (cf la composition du comité Expert) et à la large consultation dont il a fait l’objet, propose 90 Bonnes Pratiques pour enclencher une dynamique d’amélioration continue au sein de l’organisation. Cette démarche de progrès est valorisée depuis près de 10 ans par un label : le Label IDEAS, qui atteste de la qualité de l’organisme dans les 3 champs : gouvernance, finance, et pilotage & évaluation.

Article rédigé pour le n°51 de LA LETTRE ” ACTU EXPERTS ASSOCIATIONS “ du CSOEC (Conseil supérieur de l’Ordre des Experts Comptables)

Pour consulter les numéros précédents, cliquer ici. 


2 Logos : de la Fonda et de IDEAS

L’Institut IDEAS, partenaire associé de La Fonda

Pour la troisième année consécutive, l’Institut IDEAS manifeste son adhésion aux valeurs et convictions portées par la FONDA en renouvelant son statut de « partenaire associé ».  Nous formalisons ainsi un engagement commun pour éclairer et accompagner les mutations du secteur associatif.

Qui est la Fonda ? 

La Fonda, association reconnue d’utilité publique, est un laboratoire d’idées au service du monde associatif.

Par ses travaux, la Fonda fournit des éclairages et des outils pour comprendre les phénomènes à l’œuvre dans la société, explorer leurs effets sur l’action associative et nourrir les décisions stratégiques des responsables associatifs et de leurs partenaires.

Depuis sa création en 1981, la Fonda valorise la diversité et la vitalité du monde associatif : sa contribution à la création de valeur, à la vitalité démocratique et au lien social est essentielle.

La Fonda a également pour mission d’aider les acteurs associatifs à conserver et à développer leur capacité d’agir.

La conviction de la Fonda est que les associations – et plus largement, les collectifs et communautés d’action – peuvent occuper une place décisive dans la transition démocratique, écologique, économique et numérique que nous vivons.

Être partenaire associé de la Fonda : des apports réciproques

La Fonda ouvre ses espaces d’intelligence collective à diverses personnalités morales : associations et autres entreprises de l’ESS, collectivités, universités et centres de recherche… Ces dernières peuvent participer aux travaux de la Fonda, partager leurs idées et leurs expériences, contribuer à produire des analyses nouvelles et rigoureuses, et de la même manière s’ouvrir à nouveaux savoirs et compétences, sur des thèmes émergents ou controversés.

Le regard, le positionnement et la réflexion que les partenaires associés peuvent avoir vis-à-vis du monde associatif et de l’ESS est une source d’enseignements majeure pour la Fonda. De la même manière, la réflexion des partenaires associés peut être alimentée par les analyses et l’expertise de la Fonda en matière de prospective stratégique.

Depuis sa création, la Fonda est animée par la conviction que la vitalité associative est un des moteurs du renouveau démocratique et de l’innovation sociale et solidaire. Devenir partenaire associé, c’est également donner à la Fonda les moyens humains et financiers de mettre en mouvement les acteurs du changement, et promouvoir une société contributive et innovante.

Plus d’infos : www.fonda.asso.fr


[30/09] Soirée européenne des Fondations du CFF

Le Centre français des fonds et fondations organise à l’occasion de la journée européenne des fondations un événement sur le thème : 

« Face à nos fragilités sociétales :

les fondations, au cœur de l’intérêt général et du bien commun »

le lundi 30 septembre 2019

de 16h à 19h

au Théâtre du Châtelet

(suivi d’un cocktail)

Parmi les intervenants présents, le CFF a le plaisir de pouvoir compter sur la participation exceptionnelle de François Hollande, Président de la Fondation La France s’engage – Ancien Président de la République.

Gabriel Attal, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, conclura cette soirée à 18h45.

L’inscription est gratuite mais obligatoire.