Tous les articles

Thèmes                                    Tags

11ème   2015   7ème   8ème   accompagnement   acteurs   action   activite   ADEMA   admical   agronomes et vétérinaires sans frontières   apfee   appel associations   apprentis   Arizuka   asf   ASF   asie   associatif   association   associations   ASSOCIATIONS   associations et fondations   atelier   ateliers   ateliers sans frontières   augmentation   auteuil   autodignostic   avec   aviation   aviation sans frontières   avsf   Baromètre de la collecte en France   bBrdeaux   Bénévolat   benevole   bénévole   bénévoles   Billet   bill gates   bonnes   bonnes pratiques   brèves   ca   carenews   cartographie   centre de ressources   chambre   championnet   changement   charte   chiffre   chiffres   citoyenneté   clairiere   cliquer   CNCC   CNNC   collaboration   Com'   Comité   commissaires aux comptes   communication   communique   competences   comportement   conduite   conference   Conférence   conseil   conseiller   conseiller bénévole   conseillers   contribution   convergences   cooperatif   cours   credit   crowdfunding   de   defis   Déléguée générale de IDEAS   démarche IDEAS   démocratie   des   DES   deuxième   développement   développement durable   digital   direct   directeur   docteur   Docteur   docteur souris   don   donateurs   dons   du   eau vive   economique   economiste   efficacité   en   encadree   enfants   enfants du mekong   engagement   Engagement   engangement   entr'aids   entrée   entreprise   environnement   européen   évènement   expert   Expert   experts   experts comptables   Faire Ensembl   famille   fédération française équipes saint vincent   fiches   finaes   financement   financement participatif   focus   Fonda   fondation   fondation 2ème chance   fondation de la 2e chance   fondation maison des champs   fondations   formation   forum   FORUM   france   France   france digitale   frontières   garant   gaston humery   général   generosite   générosité   Generosités   gnda   good   goodmorning   GoodPlanet   google   Gougenheim   gouvernance   Graff   grand public   gratuite   guide   Guide ESS   Haïti   hec   helen   hélène dranssart   helen keller international europe   henri naudet   hkie   hospitalisés   IDAF   ideas   Ideas   IDEAS   IDEASLab   incontournable   information   informations   informe   informer   innovation   insertion   intérêt   internet   interview   Isabelle   Isabelle Gougenheim   isf   ISF   jean-pierre valériola   keller   KT   label   Label   label ideas   label IDEAS   Label IDEAS   la chaine de l'espoir   La Fonda   La France s'engage   lancement   le   Le Mouvement associatif   leNouvelEconomiste   le rire médecin   libegaf   lien   livre   luxembourg   lyon   mairie   maison   management   marche   matin   mecenat   mécènes   médecin   mekong   midi   morning   Mouvement associatif   multimedias   mutation   national   NATIONAL   nos petits frères et sœurs   nouvel   nouvelle   nouvelles   npfs   numerique   offre   OIG   opérationnel   organisation   ouverture   parents   paris   partenaires   partenariat   passerelles   Passerelles et Compétences   Paul Prud'homme   petit-dejeuner   philanthopie   philanthropie   philanthropiques   philippines   plan   plan strategique   plateforme   pole   portail   Porte   pratiques   presence   presentation   président   présidente   présidente d'IDEAS   presse   professionnelle   professionnels   professionnels benevoles   progrès   projet   projet associatif   projets   promotionnel   promotionnelle   publique   pyrénées   qualité   RDV   Recherches & Solidarité   recrutement   réforme fiscalité   région   rencontre professionnelle   rencontres   renouvellement   réseaux sociaux   retours   reunion   réunions   rire   risques   rugby club massy essonne   salon   Salon   sans   sécurité   septembre   societe   soirée   solidaire   Solidaire   solidarite   solidarité   solidarités   Solidarités   solthis   souris   Souris   soutenir   sparadrap   startup   stratégie   supports   survival international france   Suzanne Chami   synergie   tamerantong   témoignage   tranches imposition   transformation   urbaine   urgences   veille medias   Versailles   videos   VIGEO   VML   webassoc   Webassoc   ΑdOC  

Visuel

CARTOGRAPHIER LES RISQUES, C'EST DÉJÀ APPRENDRE À LES GÉRER

15 Feb 2019 | Actu

La maîtrise des risques est un enjeu clé de la gouvernance des associations. Le Guide IDEAS aborde ce thème sous différents angles et plus spécifiquement par la réalisation d’une cartographie des risques. L’article, rédigé par IDEAS pour le compte d’ISBL Magazine, explique pourquoi et comment élaborer le « Plan de gestion des Risques » d’une association. 

La gestion des risques est souvent vue comme une affaire de spécialistes, les dirigeants associatifs ne s’intéressant alors qu’aux risques majeurs ou à ceux (souvent financiers) avec lesquels ils sont plus familiers. De plus, ils peuvent être démunis en termes de méthodologie et, ne sachant pas par où commencer, se résignent parfois à ne pas commencer du tout.


Pourtant, dans l’optique d’une bonne gouvernance telle que décrite par le Guide IDEAS des bonnes pratiques et valorisée par le Label IDEAS, une bonne gestion des risques fait partie intégrante des processus clés à mettre en œuvre dans une organisation.


Nous décrirons la première étape – cruciale – d’un processus de gestion des risques, avec l’espoir de convaincre le lecteur qu’avec un peu de détermination, de rigueur et d’imagination, il est relativement facile d’en venir à bout.


 


 


Qu’entend-on par « cartographie des risques » ? 


Un randonneur préparant une sortie en montagne utilisera une carte pour reconnaître son itinéraire et identifier les principaux obstacles à sa progression (ici une pente raide, là un torrent à franchir), en évaluer la difficulté et anticiper comment les surmonter (par exemple en emportant un équipement spécifique, ou en prévoyant de faire un détour).


Pour une association ou une fondation, pas de carte IGN prête à l’emploi. Il va s’agir, dans une première phase, de construire sa propre cartographie des risques : s’appuyant sur le plan stratégique (qui décrit le but et l’itinéraire), elle devra identifier et analyser les principaux événements négatifs pouvant survenir sur sa route. C’est ensuite sur la base de cette cartographie que l’on pourra, dans une seconde phase, définir des parades aux risques identifiés.
Il est clair que de la qualité de la cartographie initiale dépendra l’efficacité des parades et la sécurité globale de l’organisation. Nous nous attacherons donc ici à décrire à grands traits comment élaborer la cartographie des risques.


 


Par où commencer ?


La première étape consistera en un simple recensement de tous les risques. Un moyen simple et efficace consiste à procéder à un « remue-méninges » (brainstorming) avec des personnels représentatifs de différentes facettes des activités, autour de la question simple : qu’est-ce qui pourrait survenir qui aurait le potentiel de nous empêcher (un temps ou définitivement) d’atteindre nos objectifs ?


Cette approche collégiale permettra d’éviter le premier écueil dans la démarche, qui consiste à « chercher sous le lampadaire », c’est à dire n’explorer que des domaines familiers ou de ne procéder qu’à un recensement des événements déjà survenus dans le passé. C’est ainsi qu’une association pensera spontanément à inclure dans sa cartographie le risque de retrait d’un grand donateur, mais pas celui lié à une exposition médiatique défavorable liée à un incident survenu dans le cadre de ses activités, où même chez un partenaire ; pourtant, un tel incident aurait le potentiel de gravement nuire à l’image de l’association et par contrecoup à sa capacité à mobiliser des financements pour poursuivre son action.


La deuxième étape s’attachera à qualifier chacun des risques identifiés dans le contexte spécifique de l’organisation, aussi bien en termes de probabilité (le risque de tsunami est probablement très faible au siège, mais peut être fort si l’organisation intervient par exemple en Indonésie), qu’en termes d’impact (certains événements certes négatifs n’affecteront que marginalement les opérations, tandis que d’autres auront le potentiel de paralyser toute l’organisation).


La troisième étape utilisera la qualification des risques pour évaluer leur criticité (définie comme le produit de probabilité x impact) et les prioriser. En effet, la liste des risques identifiés sera probablement trop longue pour imaginer que l’organisation puisse les affronter tous et construire une parade appropriée pour chacun. Seule une priorisation rigoureuse fondée sur le niveau de criticité de chaque risque permettra à l’organisation de développer des plans d’action efficaces.
Enfin, il sera nécessaire d’identifier pour les risques les plus critiques, des responsables qui seront en charge du suivi de la mise en place des parades et de leur capacité à traiter ces risques.


 


Quelles sont quelques erreurs à ne pas commettre ?


Nous avons mentionné plus haut le premier des écueils, celui des “angles morts” de l’organisation qui l’amènent à ignorer certains risques bien réels, se contenter de couvrir le champ qui lui est familier ou simplement recenser les événements déjà survenus dans le passé. Il est crucial de se poser des questions sur tout ce qui pourrait survenir (pas seulement ce qui s’est déjà passé), et pour cela une démarche collégiale est particulièrement adaptée.
Un deuxième écueil est la difficulté de trouver le niveau de détail adapté : une cartographie des risques décrite de façon trop générale ne permettra pas d’agir, tandis qu’un catalogue trop exhaustif épuisera l’organisation dans la poursuite d’un trop grand nombre de chantiers. Posons-nous simplement, pour chacun des risques identifiés, la question suivante : “est-ce que ce risque est suffisamment bien défini pour nous permettre d’élaborer une parade effective ? ” Si la réponse est oui, inutile d’aller plus loin dans le détail. Si elle est non, il faudra continuer à analyser le risque, souvent en le subdivisant, jusqu’à ce qu’il soit suffisamment clair et explicite.
Enfin, un troisième écueil résulte d’une cartographie inachevée La cartographie incomplète qui ne permet pas de prioriser : la cartographie n’est pas un simple catalogue, même si le recensement systématique des risques est une étape indispensable dans son élaboration. La cartographie des risques ne peut jouer pleinement son rôle que si chaque risque est caractérisé (en termes de probabilité et d’impact potentiel) et priorisé en termes de criticité (probabilité x impact). Seule une priorisation rigoureuse permettra à l’organisation de développer des plans d’action efficaces.


Notre cartographie est prête, et après ?


L’élaboration d’une cartographie des risques aboutie représente un travail significatif pour l’organisation, et la tentation peut être forte de pousser un ouf de soulagement… et de s’arrêter là. Cependant, elle n’aura vraiment de valeur pour l’organisation que dans la deuxième phase du processus qui consistera, pour chaque risque identifié, caractérisé et priorisé, à définir un plan d’action permettant de le prévenir ou l’atténuer. L’engagement fort des dirigeants de l’association ou de la fondation sera alors essentiel pour garantir que ces plans d’action soient effectifs et protègent l’organisation de façon adéquate. Dans le référentiel IDEAS, c’est le rôle dévolu à un comité spécialisé, dénommé Comité d’Audit, d’être le garant des bonnes pratiques, au premier rang desquelles la gestion rigoureuse des risques.


 


Auteur : Olivier Thomas, Conseiller bénévole IDEAS



Article rédigé pour le Magazine d’ISBL Consultants.


ISBL  CONSULTANTS est un réseau pluridisciplinaire de spécialistes au service des institutions sans but lucratif (ISBL) et de leur évolution. À ce titre, il propose une veille juridique gratuite à l’attention de ses abonnés, participe à des colloques et forum, organise des séminaires de formation spécialisée et offre une expertise transdisciplinaire dans quatre secteurs d’activités distincts : Les associations / Les fondations, fonds de dotation et le mécénat / Le sport / L’économie sociale et solidaire (ESS).


Retour