x   retour a la liste complete         x   revenir à ma recherche

Dernière mise à jour : 27/06/2017

Eau Vive Internationale | créé en 1978

Environnement | Solidarité internationale
domain

Zone(s) d'intervention

FRANCE

AFRIQUE : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Sénégal, Tchad, Togo

ASSOCIATION
labellisée

 

Coordonnées

27 rue Léon Loiseau
93100 Montreuil

http://www.eau-vive.or
g/

01 41 58 50 50

eauvive@eau-vive.org

statut legal

Association Loi 1901
Capacité d'émission de reçus fiscaux

Type(s) d'action :
Apport de biens, d'argent , Apport de compétences , Autre (Appui à la maîtrise d'ouvrage communale, Accompagnement des structures locales (villages, associations...)) , Formation conseil

objet

Eau Vive Internationale, un acteur clef du développement en Afrique de l’Ouest, est une association de solidarité internationale, citoyenne, non partisane et non confessionnelle. Elle est le fruit d’une construction partagée africano-européenne. Elle permet, depuis 1978, aux hommes et aux femmes des régions parmi les plus défavorisées d’Afrique d’être acteurs et décideurs de leur développement, et d’assurer la pérennité des actions qu’ils entreprennent.
Eau Vive intervient dans 7 domaines :
→ Eau potable et assainissement
→ Santé
→ Sécurité alimentaire
→ Développement économique et social
→ Renforcement des capacités locales
→ Plaidoyer
→ Citoyenneté

description de la mission de l'organisme

La réussite d’un projet dépend de l’implication des populations et des acteurs locaux. Eau Vive Internationale, dès la conception des actions, part des besoins exprimés localement afin de fixer des objectifs communs partagés, puis orchestre les quatre dimensions essentielles d’un projet que sont :

→ Equiper, réhabiliter ou construire des équipements : adductions d’eau, puits, toilettes, maternités, centres de santé, etc. Le rôle d’Eau Vive Internationale est d’assurer l’adéquation des réalisations aux besoins, aux contextes et la bonne réalisation des travaux.

→ Sensibiliser les populations directement dans leurs lieux de vie : dans les écoles, dans les foyers, au marché via des théâtres, ou plus largement via des émissions radio. Cette sensibilisation est très importante car elle permet l’appropriation par les bénéficiaires de ces nouveaux services. Eau Vive Internationale orchestre l’ensemble des animations et interventions d’information, de communication et de formation.

→ Organiser, accompagner et former les services et les acteurs locaux de l’eau et de l’assainissement pour assurer une meilleure gouvernance. Ainsi les projets d’Eau Vive Internationale sont pérennes.

→ Capitaliser, sur les bonnes pratiques et les outils mis en place dans chaque projet pour rendre l’action pérenne et réplicable dans d’autres villages communes ou régions. Pour cela Eau Vive Internationale organise des ateliers d’échanges entre pays pou entre régions.

Eau Vive Internationale intervient à tous les niveaux (Etat, Communes, particuliers, ...) et auprès de tous les acteurs de l’eau, qu’ils soient privés (entreprises de l’eau, réparateurs de pompes, maçons, etc.), ou publics. Pour cela Eau Vive Internationale intervient en appui-conseil, en formation, en conseillant et appuyant la mise en place des structures adéquates (comme les associations d’usagers et divers comités qui gèrent directement les points d’eau) et une gouvernance associant élus, usagers, pouvoirs publics et opérateurs privés et qui assure la pérennité des services de l’eau et de l’assainissement.

principales missions

Kara Eau : Une vie saine à l'école et à la maison pour 25 villages de la région de la Kara au Togo (nov.2016 à nov.2019)

Au Togo, seulement 63 % des habitants disposent d’eau potable et 12% ont accès à des latrines. Cette situation impacte fortement la santé et les conditions de vie de la population.
Dans les 25 villages ciblés par le projet « Kara Eau », l’accès à l’eau n’y est que de 31% et 21% des forages existants restent en panne faute de moyens pour les réparer. La situation en termes d’assainissement est aussi inquiétante, seulement 5% des besoins sont couverts et 88% des villages ne disposent d’aucune latrine. Les maladies diarrhéiques engendrées par cette situation se propagent et affectent 60% de la population.

Dans chaque village, pour répondre aux besoins sociaux de base, Eau Vive, avec les 33 000 habitants et leurs élus, a fait un diagnostic de la situation et d’identifié trois axes d’intervention prioritaires :
1 - sensibiliser le plus grand nombre d'habitants aux bonnes pratiques d’hygiène,
2 - renforcer les capacités des acteurs de la chaine Eau/Assainissement, en particulier à la gestion et à la planification,
3 - Construire des infrastructures d'accès à l'eau et à l'assainissement (forages, latrines, pompe d'eau potable,...),
4 - Renforcer les compétences des ONG locales et les faire collaborer avec les communautés.

Le projet Kara Eau a pour objectifs d’amener 70% des habitants à adopter de bonnes pratiques d’hygiène, d’augmenter de 54% l’accès à l’eau potable et de 20% l’accès à des latrines. Mais ce projet permet surtout de baisser le taux de prévalence des maladies diarrhéiques de 50% à 60% en trois ans. Grâce à la sensibilisation et la pérennité du projet ce taux continuera à diminuer.

Doutchi Climat : Renforcer la résilience au changement climatique des agriculteurs et des habitants de la région de Doutchi au Niger (

Le Niger est l’un des pays au monde le moins responsable du changement climatique, mais le plus touché par ses conséquences. Dans ce pays enclavé, dont 80% de la population vit de l’agriculture locale, l’insécurité alimentaire est devenue chronique.
Le territoire du Niger est à 80 % constitué du Sahara et du Sahel. Son climat se traduit par des phénomènes climatiques extrêmes (inondations, crues, sècheresse) qui entravent le développement du pays.
Alors que 75% de la population du pays vit de maraîchage, 15% pratique l’élevage et 7% le petit commerce, Les changements climatiques ont rendu la production agricole déficitaire du fait des sécheresses et de la non maitrise de la ressource en eau.
Cela se vérifie particulièrement dans le département de Dogondoutchi, qui fut jadis un des greniers du Niger et qui se trouve actuellement en situation d’insécurité alimentaire.
Les principaux effets néfastes du changement climatique sur l’économie nationale et en particulier dans le département de Dogondoutchi sont :
- la baisse des nappes phréatiques,
- l’insuffisance, le tarissement et l’ensablement des points d’eau,
- la perte des terres cultivables,
- la diminution de la production agricole et piscicole,
- le déficit fourrager,
- la réduction des superficies des zones forestières…

De plus, faute de connaissances techniques et de moyens, les communautés rurales qui sont en charge des ressources naturelles (en eau et environnementales) peinent à intégrer les questions d’adaptation au changement climatique dans leurs plans de développement et d’actions.

Dans chaque village, pour répondre aux besoins , Eau Vive, avec les 375 000 habitants et leurs élus, a fait un diagnostic de la situation et d’identifié trois axes d’intervention prioritaires :
1 - Sensibiliser les agriculteurs et les élus aux risques liés au changement climatique.
2 - Vulgariser et diffuser les techniques d'adaptation au changement et aux risques climatiques.
3 - Diversifier les activités économiques pour régulariser et améliorer les revenus des ménages.
4 - Capitaliser et Diffuser les bonnes pratiques du projet à travers le pays.

Le projet Doutchi Climat a pour objectifs de réduire l'insécurité alimentaire de 25% et la malnutrition de 20%. Les résultats se traduiront aussi par une augmentation des revenus moyens des ménages de 25%.

Sani-Tamba : Vivre dans de bonnes conditions d'hygiènes pour améliorer la santé des habitants de 120 villages dans la région de Tambacounda au Sénégal (nov.2016 - nov.2019)

Au Sénégal, seul 38 % de la population rurale dispose d’un système d’assainissement contre 52% au niveau national. L’Etat sénégalais, pour atteindre d’ici 2030 les Objectif du Développement Durable (ODD), met en place une nouvelle Stratégie Nationale d’Assainissement Rural (SNAR) pour couvrir 100% des besoins d’accès à l’assainissement.
Cette stratégie prévoit dans un premier temps, d’informer les familles sur les bonnes pratiques d’hygiène et sur la nécessité de disposer d’un système d’assainissement de base pour leur santé. Et, dans un second temps, de les inciter à installer dans leurs lieux de vie des latrines individuelles, en se formant à leur construction et en facilitant l‘accès à leurs financements. Malheureusement, les communes, faute de moyens financiers et techniques, ne sont pas en mesure de développer cette stratégie sur leur territoire.
Pour pallier ces difficultés, les communes de Bamba-Thialène, Koar, Koulor, Kouthiaba, Maka, Méréto, Missirah, Niani-Toucouleur et Nettéboulou ont sollicité l’appui d’Eau Vive pour mutualiser leurs efforts.

Le projet s'articule donc autour de 3 volets d'actions :
1 - Promouvoir les bonnes pratiques d"hygiène et d'assainissement auprès des habitants et des écoliers
2 - Renforcer les compétences des acteurs locaux de la chaîne de l'assainissement
3 - Vulgariser et construire des latrines familiales

Le projet Sani-Tamba a pour objectifs d’amener 75% des habitants à adopter de bonnes pratiques d’hygiène, d’augmenter de 25% l’accès à des latrines. Mais ce projet permet surtout de sensibiliser et de faire adopter les bonnes pratiques d'hygiènes à 100% des enfants scolarisés des 120 villages.

total général annuel
des ressources

6500 K€

leur message

Eau Vive Internationale œuvre dans une dynamique de participation, de responsabilisation des communautés et vise la pérennité des actions menées. Eau Vive accompagne et non "fait à la place de" pour un apprentissage et la maitrise des savoirs faire dans tous nos programmes. En 40 ans d'action Eau Vive Internationale a permis à 2.5 millions d’africains d'accéder à l'eau et à l'assainissement. Et pourtant, 320 millions d'africains n'ont toujours pas accès à l'eau potable alors que l’Afrique regorge d’eau ! Santé, hygiène, alimentation, agriculture, éducation… l’eau est la ressource vitale pour le développement et la dignité humaine. Soutenez les programmes d'Eau Vive Internationale, votre don participe au changement des conditions de vie des hommes, des femmes et des enfants en Afrique sahélienne.

 
 

reseaux, collectifs et federations

 

Coalition Eau, PS Eau, Coordination SUD, CFSI, CRID, F3E

effectifs

effectifs rémunérés : 90
effectifs bénévoles : 450

AU SIEGE
10 salariés permanents*
10 salariés en CDI*
450 bénévoles*
Moyenne des 5 plus haut salaires (brut annuel)* : 49.0 K€

* : base équivalent temps plein : même exercice de référence que le budget global

POUR LES MISSIONS À L'ÉTRANGER
80 salariés locaux

gestion des ressources humaines

- Plan de formation des salariés

- Pas d'emploi de personnes en difficultés ou handicapées

transparence, contrôle et ethique

ACTION INTERNE
248 adhérents
19 administrateurs
4 conseils d'administrations par an

L'organisme communique auprès du grand public :
- un rapport d'activité annuel
- un rapport financier annuel
- un ou plusieurs document(s) expliquant sa politique, son action et ses résultats

L'organisme possède :
- une charte de déontologie, Site web, AG
- une structure spécifique de contrôle interne de gestion (audit interne des procédures et achats)
- un contrôle interne de la gouvernance d'association

ACTION EXTERNE
- Présence d'un commissaire aux comptes

- Certifié ou audité par :
Cabinet PRAXOR Cour des Comptes

- Contrôlé par un bailleur public national / international :
Commission Européenne Ministère des affaires étrangères

developpement durable

 

Actions concrètes en matière de protection de l'environnement :

- Au siège :

Tri des déchets, économie de papier (généralisation de l’impression sur brouillon et recyclage du papier)

- Sur le terrain :

Reboisement, restauration des sols, gestion intégrée de la ressource en eau, sensibilisation au respect de l'environnement et à l'usage rationnelle de l'eau, résilience des populations au changement et aux risques climatiques

Pérennité de l’action sur le terrain

Nos actions sont pérennisés par la mise en place des structures de gestion du service :
- au niveau des points d'eau (puits, forages, adduction d'eau) : mise en place et formation de comités de gestion des points d'eau
- au niveau des communes partenaires : formation des maires et des équipes communales à la maitrise d'ouvrage du service de l'eau (planification, passation de contrats avec les prestataires, gestion des infrastructures, etc.)
- mise en place d'un système de paiement de l'eau (en concertation avec la population et avec système de péréquation) pour couvrir les coûts de gestion et de maintenance des équipements
- création et formation de groupements mutuels de réparateurs de forage liés par contrat avec les villages ou les communes équipés de forage.

D'autre part tous les projets sont initiés par les communes et/ou villages, Eau Vive vient en appui à leur initiative et les accompagne dans la réalisation de leur projet.
Toutes les actions sont donc réalisés en impliquant les élus locaux, la population et l'ensemble des acteurs (direction de l'hydraulique, associations locales, etc.) dès le montage du projet et tout au long de sa réalisation.
Les villages et les communes participent financièrement et physiquement aux réalisations.
Cette forte implication garantit la pérennisation des réalisations.

 

toutes les informations présentées sur cette page ont été enregistrées par l'organisme sur base déclarative